Exposé sur Mars


Présentation sur Mars

Plan 

1-Notions de base
2-Orbite
3-Topographie
Mars, Soleil, Système Solaire, Espace, Univers, Planète
4-Climat
5-Eau
6-Périodes géologiques
7-Atmosphère
8-Intérieur
9-Les 2 lunes de Mars
10-Missions vers Mars

Les bases :

Quatrième planète du soleil.
Appelé «PLANETE ROUGE» en raison de l'oxyde de fer (rouille) dans la surface.
Mars est moins dense que la Terre, avec environ 15% du volume de la Terre et 11% de la masse de la Terre, ce qui représente environ 38% de la gravité de la Terre.
Magnitude apparente: -3,0 à 1,6
Système Solaire, Planète, Système Planétaire, Orbite

Orbite de mars


Mars est à 230 millions de km du soleil.
Le jour solaire sur Mars est seulement légèrement plus long qu'un jour de la Terre: 24 heures, 39 minutes, et 35.244 secondes.
Une année martienne est égale à 1,8809 années terrestres, soit 1 an+ 320 jours et 18,2 heures.


Espace, Planet, Système Solaire, Voyage Dans L'EspaceLes lunes de mars


- Mars a deux lunes naturelles relativement petites, Phobos (environ 22 km de diamètre) et Deimos (environ 12 km de diamètre)
-Découverte en 1877 par Asaph Hall
-Origine est probablement la capture d'astéroïdes.
-Nommé d'après les personnages de la mythologie grecque Panic and Dread
- Pas d'éclipses solaires totales en Mars; Les éclipses lunaires totales se produisent chaque nuit

Atmosphère

Composé de 95% de dioxyde de carbone, 3% d'azote, 1,6% d'argon et des traces d'oxygène et d'eau
Pas de magnétosphère
Extrêmement mince atmosphère

Intérieur

Planète, Système Planétaire, Mercure, Vénus, Terre
Noyau - composé de fer + soufre, partiellement fluide
Manteau - silicate
Croûte - 50-125 km d'épaisseur

TOPOGRAPHIE


Olympus Mons
La plus haute montagne du système solaire (27km de hauteur)

Valles Marineris
- Le plus grand canyon connu du système solaire (4000 km de long)
Sinus Meridiani
Meridien de Mars


Hellas Impact Bassin
- Le plus grand cratère d'impact en Mars

L'eau en mars

Bleu, Mar, Planètes, Fantasy, Surréaliste, Silhouette
L'eau a été spéculée pour être une fois présente à Mars, mais aujourd'hui, l'eau ne peut pas exister en raison de la basse pression atmosphérique (sauf dans les zones basses).

Les signes d'eau une fois existé dans la planète comprennent:
- Ses deux calottes polaires permanentes semblent être faites d'eau.
- Caractéristiques géographiques qui montrent l'écoulement de l'eau ou l'érosion.
- Détection de minéraux spécifiques qui ne sont présents que dans l'eau.

Climat


La plus grande tempête de poussière du système solaire
saisons Mars sont plus comme la Terre parmi toutes les planètes du système solaire
Les températures de surface martiennes varient d'un minimum d'environ -143 ° C (-225 ° F) et d’un maximum jusqu'à 35 ° C (95 ° F) en été.

PÉRIODES GÉOLOGIQUES


Mars, Planet, Surface, Espace, Voyage Dans L'Espace

Période de Noachian
• nommé d'après Noachis Terra
• 4,5 à 3,5 milliards d'années
• les surfaces les plus anciennes de Mars ont été créées pendant cette période, comme le renflement de Tharsis

Période Héspérienne
• nommé d'après Hesperia Planum
• Il y a 3,5 à 2,9 milliards d'années
• marquée par la formation de vastes plaines de lave

Période amazonienne
• nommé d'après Amazonis Planetia
• Il y a 2,9 milliards d'années pour présenter
• Olympus Mons s'est formé durant cette période

Mars Rover, Curiosité, Voyage Spatial, RobotExploration


Des dizaines d'engins spatiaux sans équipage, y compris des orbiteurs, des landers et des rovers, ont été envoyés à Mars par l'Union soviétique, les États-Unis, l'Europe et l'Inde pour étudier la surface, le climat et la géologie de la planète.

Mars est l'hôte de huit vaisseaux fonctionnant: six en orbite-Mars Odyssey, Mars Express, Mars Reconnaissance Orbiter, MAVEN, Mars Orbiter Mission et ExoMars Trace Gas Orbiter et deux sur la surface Mars Exploration Rover Opportunity et Mars Science Laboratory Curiosity .


Missions antérieures:

• Mariner 4 (1964 Récuperés 21 images)
• Mars 3 (1971 Orbiteur a obtenu approximativement 8 mois de données et le lander a atterri en toute sécurité, mais seulement 20 secondes de données)
• Programme Viking (1975 Retour de 16 000 images et de vastes données atmosphériques et expériences sur le sol)
• Mars Pathfinder (1996 )
• Mars Odyssey (2001 Images de haute résolution de Mars )
• Phoenix Mars (2007 Renvoyé plus de 25 gigabits de données)
• Mars Science Laboratory (2011 Explorer l'habitabilité de Mars)
• Mars Atmosphere and Volatile Evolution (2013 Étude de l'atmosphère martienne)
• ExoMars Orbiter/Schiaparelli EDL Demo Lander (2016 étude orbiteur atmosphère martienne et EDL démo atterrisseur perdu sur Arriva)

Missions futures:

Prévu pour mai 2018 est le lancement de l'engin InSight de la NASA, avec les Twin Marco CubeSats qui voleront par Mars et fournir un relais de télémétrie pour l'atterrissage. La mission devrait arriver à Mars en novembre 2018. [211] La NASA prévoit de lancer Mars 2020 son astrobiologie rover en Juillet ou Août 2020.


L’homme dans Mars ?

Astronaute, Cosmonaute, Espace, La Science

Une mission humaine à Mars a fait l'objet de science-fiction, d'ingénierie et de propositions scientifiques depuis le XIXe siècle. Les plans comprennent des propositions pour atterrir sur Mars, finissant par s'installer et terraformer la planète, tout en utilisant ses lunes, Phobos et Deimos.




Programmation de la méthode simplexe en Matlab

Vous allez mettre en œuvre trois fonctions Matlab qui, ensemble, résolvent des programmes linéaires sous forme de :
Où A est une matrice m × n, x est un vecteur ligne de longueur n, et c est un vecteur colonne de longueur n.
Vous ne pouvez pas supposer que A a une forme particulière; En particulier, on ne doit pas supposer que A est une matrice de contraintes découlant de l'introduction de variables lentes de la .
En commençant par un problème de la forme (1), on introduit m nouvelles variables y1,. . . , ym et résoudre le problème auxiliaire
Il est clair que nous pouvons toujours trouver un vecteur facultatif pour le nouveau problème auxiliaire (en particulier, nous choisissons les variables de base yj et les colonnes correspondantes de la matrice de contraintes sont l'identité).
Le problème initial a un premier vecteur de base réalisable si et seulement si le problème (2) a une solution telle que y1 = y2 =. . . = Yn = 0.
Il y a cependant une complication. Si l'on arrive à une solution de (2) pour laquelle toutes les variables de base sont , on a alors un vecteur initialement réalisable pour le problème initial. Si, d'autre part, quelques-uns des  s sont fondamentalement réalisables pour notre solution de (2), alors nous devrions effectuer d'autres manipulations pour obtenir un vecteur faisable de base pour le problème initial. Nous ne nous occuperons pas de cela. Notre procédure d'initialisation tentera de trouver la solution au problème auxiliaire (2).
Si nous trouvons une telle solution et que les variables de base incluent les , nous allons simplement signaler que notre procédure d'initialisation a échoué.

La première étape

La première étape consiste à implémenter une fonction Matlab appelée simplexe_etape pour exécuter une seule étape de la méthode simplex révisée. Nous ferons le suivi du vecteur de base courant réalisable avec trois variables: iB, iN et xB. Le vecteur iB tiendra les indices de l'ensemble courant de variables de base, iN tiendra les indices de l'ensemble courant de variables non base, et xB tiendra les valeurs des variables de base.
La fonction simplexe_etape doit être placée dans un fichier simplexe_etape.m et elle doit avoir la séquence suivante:

function [istatus,iB,iN,xB] = simplexe_etape(A,b,c,iB,iN,xB,iregle)
%
% Prendre une seule méthode simplex pour le programme linéaire
%
% min: c*x
% ST: Ax=b
% x>=0,
%
% ou A est une matrice (m,n).
%                
%                   Paramètres d'entrée:
%
% A - (n, m) matrice de contraintes
% B - (m, 1) Vecteur POSITIF apparaissant dans l'équation de contrainte ci-dessus
% C - (1, n) vecteur donnant les coefficients de la fonction objective
% iB - (1, m) vecteur entier spécifiant les indices des variables de base au début de l'étape simplex
% iN - (1, n-m) vecteur entier représentant les indices de la non-base
% De variables au début de l'étape simplex
% xB - (m, 1) vecteur spécifiant les valeurs de la base
% De variables au début de l'étape simplex
%
% Iregle - paramètre entier spécifiant la règle de pivot à utiliser:
% iregle= 0 indique que la règle du coefficient le plus petit doit être utilisée
% Irelgle = 1 indique que la règle de Bland doit être utilisée%
%
% Paramètres de sortie:
%
% Istatus - paramètre entier rapportant la progression ou lac de celui-ci effectué par cette fonction
% Istatus = 0 indique l'étape normale de la méthode simple non dégénérée terminée
% Istatus = 16 indique que le programme est illimité
% Istatus = -1 indique qu'un vecteur optimal possible a été trouvé
%
% iB - vecteur entier spécifiant les m indices des variables de base après l'étape simplex
% iN - vecteur entier spécifiant les indices n-m des variables non basses après l'étape simplex
% xB - vecteur de longueur m spécifiant les valeurs des variables de base après l'étape simplex
%

Étape deux

La deuxième étape consiste à implémenter une fonction Matlab pour effectuer l'initialisation. La fonction doit être appelée simplexe_init et elle doit être placée dans le fichier simplexe_init.m. La séquence d'appel de cette fonction est:

function [istatus,iB,iN,xB] = simplexe_init(A,b,c)
%
% Tentative de trouver un vecteur facultatif de base pour le programme linéaire
%
% max: c*x
% ST: Ax=b
% x>=0,
%
% ou A est une  matrice (m,n).
%
% Paramètres d'entrée:
%
% A - (n, m) matrice de contraintes
% B - (m, 1) vecteur apparaissant dans l'équation de contrainte ci-dessus
% C - (1, n) vecteur donnant les coefficients de la fonction objective
%
% Paramètres de sortie:
%
% istatus - paramètre entier indiquant le résultat de la procédure d'initialisation
% istatus = 0 indique qu'un vecteur réalisable de base a été trouvé
% istatus = 4 indique que la procédure d'initialisation a échoué
% istatus = 16 indique que le problème est impossible
%
% iB - vecteur entier de longueur m spécifiant les indices des variables de base
% iN - vecteur entier de longueur n-m caractérisant les indices des variables non basses
% xB - vecteur de longueur m spécifiant les valeurs des variables de base
%

Troisième étape :

L'étape finale est la mise en œuvre d'une méthode simplex de fonction Matlab qui a utilisé les deux fonctions précédentes pour calculer une solution à un programme linéaire. La séquence de la méthode de la fonction simplexe, ce qui devrait se trouver dans le fichier simplexe_methode.m, est la suivante:

function [istatus,X,eta,iB,iN,xB] = simplexe_methode(A,b,c,iregle)
%
% Trouver une solution optimale de base pour le programme linéaire
%
% min: c*x
% ST: Ax=b
% x>=0,
%
% ou A est une  matrice (m,n).
%
% Paramètres d'entrée:
%
% A - (n, m) matrice de contraintes
% b - (m, 1) Vecteur POSITIF apparaissant dans l'équation de contrainte ci-dessus
% c - (1, n) vecteur donnant les coefficients de la fonction objective
%
% iregle - paramètre entier spécifiant la règle de pivot à utiliser:
% iregle = 0 indique que la règle du coefficient le plus petit doit être utilisée
% iregle = 1 indique que la règle de Bland doit être utilisée
%
% Paramètres de sortie:
%
% istatus - paramètre entier indiquant les résultats obtenus par cette fonction
% istatus = 0 indique une complète complète (c'est-à-dire qu'une solution a été trouvée et rapportée)
% istatus = 4 indique que le programme est impossible
% istatus = 16 indique que le programme est possible mais que notre procédure d'initialisation a échoué
% Istatus = 32 indique que le programme est illimité
%
% X vecteur de longueur n spécifiant la solution
% eta - la valeur minimale de la fonction objectif
% iB - vecteur entier spécifiant les m indices des variables de base après l'étape simplex
% iN - vecteur entier spécifiant les indices n-m des variables non basses après l'étape simplex
% xB - vecteur de longueur m spécifiant les valeurs des variables de base après l'étape simplex
%

En utilisant n'importe quelle technique que vous souhaitez, modifiez votre fonction simplexe_init , il marchera très biens à moins que le programme linéaire ne soit faisable.

La lubrification - Usinage


La lubrification


La lubrification est le procédé ou la technique utilisé pour réduire le frottement et l'usure d'une ou des deux surfaces à proximité et se déplaçant l'une par rapport à l'autre en interposant entre elles une substance appelée lubrifiant. Il existe divers types de lubrifiant, qui comprennent des huiles, des émulsions huile-eau, des pâtes, des gels, des aérosols (brouillards) et de l'air ou d'autres gaz. Ils peuvent être fabriqués à partir de distillats de pétrole, de graisses animales, d'huiles végétales, d'eau et d'air, ou d'autres matières premières. Selon le contexte et le type de fluide de coupe considéré, il peut être appelé fluide de coupe, huile de coupe, agent de coupe, agent de refroidissement ou lubrifiant.
        
Fraisage, Usinage, Industrie, Machine À Fraiser, Outil


L'action d'un fluide de coupe assure des fonctions multiples, notamment :



¬ refroidir l'outil et la pièce usinée,

¬ réduire le frottement de l'outil sur la pièce,

¬ diminuer les frottements des copeaux sur la face de coupe,
¬ évacuer les copeaux hors de la zone de coupe,

¬ améliorer l'état de surface en évitant les micro-

¬ réduire les efforts de coupe,

soudures de particules de métal (arête rapportée),

¬ augmenter la durée de coupe d'un outil.








MATÉRIAU
LUBRIFIANT
TECHNIQUE D'ARROSAGE
Aciers R < 70 daN~mm2
Huile soluble - Huile minérale EP (Extrême Pression)
L'arrivée du lubrifiant doit être abondante et continue afin d'éviter les chocs thermiques.
Ceci est particulièrement important pour les carbures métalliques où l'arrosage doit être commencé avant le début de l'usinage.
Il est recommandé d'utiliser au moins deux jets de lubrifiant.
S'il n'y a qu'un jet, le disposer à l’endroit où se produit la coupe de la matière.
Aciers R > 70 daN/mm2
Huile soluble - Huile min. EP - Liquide synthétique
Aciers inoxydables
Huile minérale EP - Huile soluble EP
Aciers à outils
Huile minérale EP
Bronzes, laitons, fontes
Usinage à sec - Huile soluble
Alliages d'aluminium
Huile soluble - Liquide synthétique
Alliages de cuivre
Huile soluble - Liquide. synthétique – Huile compoundée
Titane
Huile soluble
Matières plastiques
Huile soluble (2 %)


TYPES DE LUBRIFIANTS
Catégorie
Composition
Aspect
Applications
Produits
solubles
Huiles solubles
Blanc laiteux semi-transparent à opaque suivant le pourcentage d'huile
Liquide de coupe pratiquement universel pour les travaux usuels sur tout matériau.
Eau, huile minérale (5 à 10 %) émulgateur.
Huiles solubles EP.
Travaux sur matériaux d'usinage difficile (aciers durs, aciers
inoxydables, etc.).
Huile soluble avec additifs.
Liquides semi synthétiques
Semi-transparent
Travaux d'usinage et de rectification courants sur métaux.
Eau, huile minérale et additifs divers.
Liquides synthétiques
Transparent
Travaux d'usinage et de rectification relativement difficiles
sur métaux ferreux et non terreux usuels.
Eau, produits de synthèse et additifs divers.
Huiles
entières
Huiles minérales
Semi-transparent
Ce lubrifiant évite le grippage des glissières non protégées des
machines-outils. Aciers et alliages légers.
Obtenues par raffinage du pétrole.
Huiles « compoundées » (mélangées)
Tournage et rabotage des métaux ferreux. À éviter en
fraisage an opposition.
Contient des corps gras (huile de lard)
Huiles minérales EP
Travaux d'usinage relativement difficiles, brochage, taillage
d'engrenages, filetage, fraisage en avalant, usinage d'aciers
à outils et d'aciers inoxydables
Huile minérale avec additif

Dégradation, remplacement


Le vieux lubrifiant utilisé doit être éliminé lorsqu'il est fétide ou chimiquement dégradé et a perdu son utilité. Comme pour l'huile de moteur usée ou d'autres déchets, son impact sur l'environnement devrait être atténué. La législation et la réglementation précisent comment cette atténuation devrait être réalisée. L'élimination des fluides de coupe modernes implique des techniques telles que l'ultrafiltration à l'aide de membranes polymères ou céramiques qui concentrent la phase huileuse en suspension et émulsionnée.

Problèmes de sécurité

Les fluides de coupe présentent certains mécanismes pour causer des maladies ou des blessures chez les opérateurs. Ces mécanismes sont basés sur le contact externe (peau) ou interne impliqué dans le travail d'usinage, y compris toucher les pièces et l'outillage; Étant éclaboussé ou éclaboussé par le fluide; Ou d'avoir la brume s'installer sur la peau ou entrer dans la bouche et le nez dans le cours normal de la respiration.
Les mécanismes comprennent la toxicité chimique ou la capacité d'irritation physique de:

     - Le fluide lui-même
     - Les particules métalliques (provenant de la coupe précédente) qui sont portées dans le fluide
     -  Les populations bactériennes ou fongiques qui ont naturellement tendance à croître dans le liquide au fil du temps
     - Les biocides ajoutés pour inhiber ces formes de vie
     - Les inhibiteurs de corrosion qui sont ajoutés pour protéger la machine et l'outillage
     - Les huiles tramp qui résultent de la façon dont les huiles (les lubrifiants pour les glissières) se retrouvent inévitablement dans le liquide de refroidissement

La toxicité ou la capacité d'irritation n'est habituellement pas élevée, mais elle est parfois suffisante pour causer des problèmes à la peau ou aux tissus des voies respiratoires ou des voies digestives (par exemple, la bouche, le larynx, l'œsophage, la trachée ou les poumons).

 

Usure des outils - Usinage


Usure de l’outil

L'usure des outils décrit la défaillance progressive des outils de coupe en raison d'un fonctionnement régulier. C'est un terme souvent associé à des outils à pointe, à des outils ou à des forets qui sont utilisés avec des machines-outils.
L’arête de coupe constituant l’élément actif effectuant le travail de déformation, est soumis à des sollicitations mécaniques et thermiques très sévères qui provoquent son usure et sa détérioration dans un temps relativement limité. Le frottement à l’interface copeau-outil s’effectue entre un métal naissant et l’outil à des pressions et des températures très élevées, ce qui peut donner naissance à des effets physico-chimiques aggravant l’usure de l’outil.

On distingue plusieurs phénomènes :


  •  les phénomènes d’usure par effet mécanique

-     par adhésion ; il se produit des micro-soudures entre les deux éléments flottants puis rupture de ces micro-soudures,
-     par abrasion ; des éléments plus durs que l’outil viennent s’intercaler entre l’outil et le copeau,

-     par déformation plastique de l’outil ; les sollicitations plastiques successives provoquent une détérioration quasi instantanée,
-     par fissuration ; de multiples fissures apparaissent et fragilise d’autant plus l’outil.

  •  les phénomènes d’usure physico-chimique

-     par corrosion ; le contact du matériau naissant avec l’air ou le lubrifiant crée une corrosion chimique ou électrochimique,
-     par diffusion ; elle apparaît lorsque la vitesse puis la température augmentent.
On observe principalement 2 formes d’usures parmi un grand nombre :

·       l’usure frontale ; appelée également usure en dépouille. Elle se manifeste par l’apparition d’une bande striée et brillante parallèle à l’arête de coupe de largeur moyenne VB. Elle est due essentiellement aux températures élevées et au frottement continu de la pièce sur l’outil. 

· l’usure en cratère ; elle se caractérise par une cuvette formée sur la face de coupe par le frottement du copeau sur l’outil. Elle se manifeste essentiellement lors des travaux d’ébauche (avance importante).

Problème
Observation
Cause
Solution
Usure en dépouille
https://3.bp.blogspot.com/-eyoLVYdY99c/WGvAvmWdSTI/AAAAAAAAOIQ/-rxAWmS9LDwcAYPLq4bc7ypjlkz2F-NdwCLcB/s1600/image002.png
L'usure en dépouille sert de témoin Lorsqu’elle devient trop importante,
les efforts de coupe augmentent et l’état de surface se détériore.
Vitesse de coupe trop élevée.
Réduire la vitesse de coupe.
Usure en cratère
https://3.bp.blogspot.com/-4xD63oSA8A4/WGvAv0ER8II/AAAAAAAAOIU/AzdrClhjx3ofGyY8RVM1_aT8NBU7DhtpACLcB/s1600/image003.png
L'usure en cratère est un phénomène qui se rencontre plutôt en tournage.
Vitesse de coupe trop élevée.
Résistance à l'usure de la plaquette trop faible.
Réduire la vitesse de coupe.
Choisir une nuance plus dure.
Choisir une nuance revêtue.
Fissures
https://4.bp.blogspot.com/-Zusv55SuCBU/WGvAvzJHKbI/AAAAAAAAOIc/roK02QDPzkIR2wt1amNJg90ob4BBckWjwCLcB/s1600/image004.png
Les chocs mécaniques et les variations des efforts de coupe occasionnent des fissures parallèles à l'arête de coupe.
Les chocs thermiques sont à l'origine des fissures perpendiculaires à l'arête de coupe.

Fissures provoquées par les variations d'efforts de coupe.

Choisir une nuance plus tenace offrant une meilleure résistance aux chocs thermiques.
Choisir une nuance plus tenace offrant une meilleure résistance aux chocs mécaniques.

Ecaillage
https://1.bp.blogspot.com/-u3TwbAVVRz0/WGvAwHe6wAI/AAAAAAAAOIg/asBunF8Di9IInQsY1buK3-xP-5wx6qa4gCLcB/s1600/image005.png
De petites particules de carbure se sont décollées de la plaquette, il en résulte un mauvais état de surface et une usure en dépouille trop importante.

Nuance trop fragile.
Géométrie de la plaquette trop fragile.
Arête rapportée.

Choisir une nuance plus tenace.
 Choisir une géométrie avec une arête de coupe plus robuste.
Augmenter la vitesse de coupe.
Vérifier l’absence de vibrations.
Arête rapportée
https://2.bp.blogspot.com/-M460ioGA2TM/WGvAwLYagpI/AAAAAAAAOIk/uVeunz-rC_0ixclRyTQO2CAjs-Tv4xPEACLcB/s1600/image006.png

Une température de coupe trop basse occasionne du collage de matière sur l'arête de coupe.
L'état de surface est mauvais et le décollement de la matière peut provoquer l'effritement de l'arête
Vitesse de coupe trop faible.
Géométrie de coupe négative.
Caractéristique de la matière trop collante.
Exemple : acier inoxydable, aluminium.
Augmenter la vitesse de coupe.
Choisir une géométrie de coupe
positive.
Augmenter la vitesse de coupe.
Déformation plastique
https://1.bp.blogspot.com/-H9qxTwD8fPw/WGvAwNcoaRI/AAAAAAAAOIo/t_rYZvgTQmAE3xi8O8b5VE8KxBKdPePOACLcB/s1600/image007.png
Affaissement ou renfoncement de coupe (dû à une température de l'arête trop élevée) entraînant un mauvais état de surface.
L'usure en dépouille devient importante et la plaquette peut se rompre.
Température de coupe trop élevée.
Vitesse de coupe trop élevée.
Effort de coupe trop important.
Choisir une nuance plus dure.
Choisir une nuance revêtue.
Réduire la vitesse de coupe.
Réduire l'avance.
Rupture de la plaquette
https://1.bp.blogspot.com/-v3qVsTitYRg/WGvAwV7MJfI/AAAAAAAAOIs/2a0GDJXJ3kAU2UPNjn9I3VOJwszCClUXwCLcB/s1600/image008.png

Rupture de la plaquette entraînant la détérioration de la plaquette d'assise ou du porte-plaquette ainsi que de la pièce.
Se rencontre surtout en tournage.


Nuance trop fragile .
Charge trop importante sur la plaquette.
Géométrie de coupe trop fragile.
Plaquette de dimensions trop faibles.
Choisir une nuance plus tenace.
Réduire l'avance et/ou la profondeur de passe.
Choisir une géométrie avec une arête de coupe plus robuste.
Choisir une plaquette plus grande ou plus épaisse.
Martèlement des copeaux
https://3.bp.blogspot.com/-X2HPeF0JY4Q/WGvAwQBW-FI/AAAAAAAAOIw/Q4mjjmYAMI8qqRK7LrQkt03joljhYGEewCLcB/s1600/image009.png
En tournage les copeaux en s'enroulant,   viennent endommager la partie de l'arête qui n'est pas en position de coupe. Ils peuvent aussi dégrader le support de la plaquette.
Copeaux dirigés contre l'arête de coupe.
Copeaux hélicoïdaux trop longs.
Copeaux non évacués en alésage.
Choisir une géométrie différente.
Modifier l'avance.
Choisir un angle d'attaque du porte-plaquette différent.
Choisir une nuance plus tenace.
Usure en entaille
https://4.bp.blogspot.com/-GCtuQpcWsoo/WGvAwhegTYI/AAAAAAAAOI0/AbfyD7Ff_ygp3oZCE150x3T-kivR1w6AACLcB/s1600/image010.png

En tournage l'usure en entaille engendre un mauvais état de surface et peut provoquer une rupture de la plaquette. Elle apparaît au niveau du plus grand Æ de pièce en contact avec l'arête de la plaquette.
Usure, par frottement trop importante ou oxydation dues à une surface trop dure.
Choisir une nuance à revêtement
A1203 pour l'usinage de l'acier.
Choisir un angle d'attaque plus faible ou une nuance plus dure.
Faire varier la profondeur de passe.
Usure en peigne
https://2.bp.blogspot.com/-xnEFEetGfe0/WGvAws6PQ4I/AAAAAAAAOI4/ocg1QOf_NVMQbR-3_GKyPKcrf0c_m6HugCLcB/s1600/image011.png
La formation de petites fissures perpendiculaires à l'arête de coupe provoque l'effritement de la plaquette et l'état de surface se dégrade.

provoquée par des variations de température.
Usinage intermittent.
Arrosage irrégulier.
Choisir une nuance plus tenace offrant une meilleure résistance aux chocs thermiques.
Supprimer l'arrosage ou l'appliquer de façon abondante et régulière.




Pour rentabiliser l’utilisation des outils et les changer au bon moment on utilise les lois d’usure. La loi d’usure d’un outil de coupe représente la variation du temps effectif de coupe T en fonction des conditions géométriques et cinématiques de l’usinage. Le temps effectif de coupe T correspond au temps d’usinage qui conduit à l’usure limite de l’outil définie par un critère.

Ces lois définissent le temps de coupe d’un outil en fonction de la vitesse de coupe : T = f(Vc)

A partir des courbes expérimentales pour chaque type de matériau usiné et chaque nuance d’outil on obtient une courbe qui permet de déduire le temps effectif de coupe en fonction de la vitesse de coupe choisie.

La zone CD est la plus représentative de l’évolution de l’outil en fonction de Vc. Cette partie de courbe CD construite dans un repère à coordonnées logarithmiques donne une courbe relativement proche et dite « droite de Taylor » et qui a pour expression :
Log T = n Log V + Log Cv      d’où  T = Cv.Vn

T = durée de vie de l’outil

Cv = coefficient représentant le temps théorique que durerait l’outil pour une vitesse de coupe de 1m/mn

V = Vitesse de coupe (Vc) en m/mn

n = coefficient directeur de la droite

Effets des usures d'outils

Voici quelques-uns des effets généraux de l'usure de l'outil:

   -  L'augmentation des Forces de coupe
   -  L'augmentation Des températures de coupe
   -  Mauvaise surface
   -  Diminution de la précision de la pièce finie
   -  Peut entraîner une rupture d'outil
   -  Provoque une modification de la géométrie de l'outil

La réduction de l'usure des outils peut être réalisée en utilisant des lubrifiants et des liquides de refroidissement pendant l'usinage. Ceux-ci réduisent le frottement et la température, réduisant ainsi l'usure de l'outil.
Une forme plus générale de l'équation est :


     Vc = vitesse de coupe
     T = durée de vie de l'outil
     D = profondeur de coupe
     S = vitesse d'avance
     X et y sont déterminés expérimentalement
     N et C sont des constantes trouvées par expérimentation ou par des données publiées; Ce sont des propriétés du matériau de l'outil, de la pièce et de la vitesse d'alimentation.


Membres